Retour sur événement : journée SHARE 2016

28 novembre 2016
Consultez les présentations des intervenants ici.
Share > Méthodologie > Le questionnaire

Le questionnaire

Afin d'harmoniser la collecte, le questionnaire utilisé est le même dans tous les pays participants à l'enquête.

Le questionnaire comprend 20 modules et dure environ 1 heure. Il s'agit d'un questionnaire en face à face que l'on appelle "CAPI" (Computer-Aided Personnal Interview), car les enquêteurs notent directement sur ordinateur les réponses des enquêtés.

La première version du questionnaire a été élaborée en 2002 par un groupe d'experts en s'inspirant des enquêtes similaires conduites aux Etats-Unis (HRS) et en Grande-Bretagne (ELSA).
La version originale du questionnaire est toujours en anglais, elle est ensuite transmise aux équipes nationales qui procèdent à sa traduction. Les questionnaires sont ensuite testés localement, notamment pour la qualité de la traduction, la fluidité et l'opérationnalité, en coopération avec le MEA.

Chaque pays peut procéder à des adaptations mineures pour prendre en compte leur spécificité. Au fil des vagues, le questionnaire peut changer et, depuis la vague 1, il a fait l’objet de plusieurs modifications.

Le questionnaire des différentes vagues permet de collecter des données sur l’état de santé, les dépenses médicales, le statut socio-économique, les conditions de vie des 50 ans et plus. En vague 4, 5 et 6, le questionnaire a été enrichi par différents modules (réseaux sociaux (vagues 4 et 5 seulement), santé bucco-dentaire, alimentation, etc.). En vague 3 (2008-2009), un questionnaire spécifique intitulé Sharelife a été posé aux enquêtés. Il s'intéressait à l'histoire de vie des répondants depuis leur enfance. Pour la vague 7, les enquêtés répondront soit au questionnaire Sharelife (pour ceux n'ayant pas participé à la vague 3), soit au questionnaire classique (habituellement posé lors des autres vagues).

Par ailleurs, depuis la vague 2, un nouveau type d’entretien est apparu : l’entretien fin de vie. Celui-ci est proposé lorsqu’une personne du panel est décédée et que l’un de ses proches est disposé à livrer aux enquêteurs des informations d’ordre économique et de santé sur la fin de vie du défunt.